Rendre l’horreur sous forme d’art, ce n’est pas abolir l’horreur ni la sublimer en art. 

C’est avec  la  plus grande intensité les tenir en face l’un de l’autre.

– Frédéric Worms

cluster

Performance pour une actrice, une soprano, et les témoignages de pédophiles abstinents.

 

production :  

in viivo – centre artistique nomade de création autour des processus organiques et leur transmission

& simone – camp d’entraînement artistique

avec le soutien de Césaré - centre national de création musicale 

 

création 2021

1. Un cluster en musique est une sorte de magma sonore, constitué de  grappes  de notes dans lesquelles n’existe aucun rapport d’intervalle permettant de la considérer comme un accord. C’est une extension de la notion d’accord qui recouvre des réalités bien différentes. Le cluster pianistique se prête à d’infinies possibilités d’attaques et de touchers, et favorise les phénomènes de résonances.

2. « les relations sont sûrement le miroir dans lequel on se découvre soi-même.» Krishnamurti

Certains êtres humains sont construits de telle manière qu’ils aiment et désirent sexuellement les enfants.

Comme les loups des contes de fées, il font la terreur des familles, et on recommande aux enfants de s’en méfier. Or certains se font croquer et disparaissent à jamais de leur propre existence, d’autres deviennent des héros du quotidien et arpentent un long chemin de solitude et de reconstruction.

Les victimes ont en commun le silence, la honte et la souffrance.

Les perspectives se renversent et se confondent. Certains êtres humains sont construits de telle manière qu’ils aiment et désirent les enfants…parfois à cause d’une initiation sexuelle précoce, déplacée, subie et dévastatrice.

Cependant, dans le plus grand secret et la solitude, bon nombre de loups ne passent pas à l’acte : leur vie ressemble à une fragile construction de verre qui peut se briser à chaque instant. Et parmi ceux qui passent à l’acte, beaucoup réclament de l’aide.

Les pédophiles ont en commun le silence, la honte et la souffrance.

 

NOTE D'INTENTION

Le cluster, en référence à ce qu’il signifie dans le champ musical, nous place au bord de l’innommable et de l’indifférencié, l’endroit où il s’agit de reconnaitre en chacun de nous « le dragon dans la brume ».

 

Il convient de distinguer entre la pédophilie qui désigne une attirance affective et sexuelle immature   d’adultes envers des enfants et la pédo-criminalité qui est le passage à l’acte, la mise en oeuvre de cette sexualité d’adulte avec des enfants, qui deviennent victimes d’abus. Le champ qui est le nôtre ici est celui qui concerne les pédophiles abstinents, qui par conséquent tentent par tous les moyens de ne pas passer à l’acte, et la façon dont la société interagit avec eux.

 

L’enjeu de la performance est de créer des conditions pour que chacun, sur scène comme hors-scène, soit en situation de s’éprouver humainement, acceptant pour un temps de ne pas se situer - voire presque de se désarmer - moralement, intellectuellement, affectivement.

 

La performance invente un chemin du cluster à l’accord, par la confrontation scénique entre la souffrance des témoignages bruts, qui renvoient à la violence primordiale, à la violence des pulsions et une plénitude poétique, musicale, de l’ordre de l’amour.

Il s’agit de reconnaître en soi-même la co-existence et la superposition de ces différentes sphères. C’est précisément cette dialectique qui peut induire une prise de conscience et un non-passage à l’acte chez

les pédophiles, lorsqu’ils réalisent que l’autre - l’enfant qu’ils aiment - n’est pas un prolongement d’eux-mêmes. L’état d’indifférenciation dans lequel nous transporte l’amour peut être un piège ; croire à une réciprocité qui n’existe pas, devient ici tragique et dévastateur.

Cet attachement extrêmement troublant et perturbant nous interroge en profondeur sur la nature même de l’amour, ses fictions, ses illusions, ses idéaux, ses fantasmes, ses interdits, ses négociations, ses obsessions.

Le recours au langage poétique nous déplace, nous entraine dans un autre niveau d’entendement, clé de voûte de la déconstruction du jugement, pour faire face à ce qui nous échappe, au risque du vertige.

équipe artistique : Laurence de Sève + Anne-Laure Lemaire + Vivien Trelcat (scénographie sonore)  + Paul Galeron (création lumière) 

l'équipe est accompagnée du regard du sociologue Pierre Verdrager 

Diffusion : SUPERNOVA / Samantha Montesano / 06 15 36 73 36

sam@nova-super.com

  • Black Instagram Icon